Uncategorized

Fabien, sa mère et sa cousine (Vu sur le ne

Fabien, sa mère et sa cousine (Vu sur le ne
10
Une fois dans la chambre, ma cousine s’éclipsa à la salle de bains. J’attrapais alors ma mère pas la taille et la cloua dans un baiser des plus fougueux. Je sentais qu’elle avait du mal à suivre car elle avait posé ses mains sur mes épaules et me poussait doucement. Mon baiser se fit plus doux ce qui sembla la tranquilliser, et en l’embrassant, je la fis reculer jusqu’au lit. Elle s’assit et je m’étendis sur elle, l’entraînant ainsi à se mettre sur le dos et tout en continuant à avaler sa langue, je caressais sa poitrine gonflée à travers son haut. Ma langue glissa dans son cou, déposant des baisers partout, elle caressait ma nuque et mes cheveux. Ma langue arriva à la jointure des seins, embrassant ainsi sa poitrine. Je glissais mes mains sous son vêtement et empoignais les 2 globes qu’elle m’offrait. Sans attendre, je la débarrassais de cette armure gênante et engloutis un mamelon qui semblait durcir sous mes lèvres. Ma mère gémissait et s’arc-boutait, comme pour venir plus profond dans ma bouche. J’allais d’un nichon à l’autre, dardant les tétons avec ma langue, les tétant avec gourmandise. Elle dit dans un souffle:
Tu es vraiment doué mon amour chéri! à un tel point que je suis déjà toute mouillée!!!
Ah bon?
Vas y, rend toi compte par toi même!
Je glissais une main sous sa robe et la posais sur sa chatte qui était effectivement trempée.
Eh bien ma cochonne! t’as l’air toute excitée et impatiente!!!
Je n’ai pensé qu’à ça toute la journée!
Je dégrafais sa robe, la dénudant complètement, et je me penchais sur son petit abricot pour y passer ma langue. Ma mère écarta ses lèvres avec ses mains comme pour m’inciter à aller plus loin, sa fente se retrouvant ouverte. Je glissais ma langue à l’intérieur, comme si c’était un sexe d’homme. Je lui bouffais littéralement la chatte et elle gémissait en remuant son bassin. Elle se redressa un peu, m’enleva ma chemise, dégrafa mon pantalon et glissa sa main dans mon caleçon pour empoigner mon sexe qui avait durcit. Je me mis sur elle en 69 et tout en glissant un doigt dans sa grotte, je titillait son bouton avec ma langue. Elle branlait ma bite, s’arrêtant parfois et me gardant décalotté pour m’engloutir et me sucer. Sa langue s’enroulait autour de ma verge, puis elle reprit son mouvement. Nous restons ainsi un moment puis je me redresse, je me met sur le dos et la reçois sur moi. Elle prend ma verge dans la main et la guide en elle, la pénétrant jusqu’au fond de sa cavité. Fichée ainsi, elle remuait lentement le bassin en se tenant sur ses mains mais derrière elle. Je vis ma cousine revenir dans la pièce et elle contemplait le spectacle. Je pris ma mère dans mes bras et la fis se pencher un peu en avant. Josie remit le gode-ceinture et s’avança vers nous, se mit à califourchon sur ma tête et présenta le gode à ma mère qui l’engloutit à la moitié. De mon coté j’avais glissé mes mains sur les fesses de ma cousine et les caressais, enfin je les pétrissais plutôt! Elle s’adressa à sa tante:
Vas y! mouille le! met lui de la salive! imagine ce que je vais te faire!!!
La bouche pleine, ma mère ne pouvait répondre!
Mmmmmpppppppfffffff!!!
Je mouillais un de mes doigts dans ma bouche et glissais sur ses fesses pour la préparer. D’une main je les écartais, et je glissais un doigt dans son petit trou. Elle eut un râle, toujours étouffé par le gode! Elle se dilatait de plus en plus. Josie se redressa, pris le gode dans la main et le présenta devant la rondelle où mon doigt était toujours fourré. Je sentais qu’elle m’enlevait le doigt et elle pénétra le cul de sa tante, qui cria en sentant qu’elle était perforée aussi par derrière:
AAAAAHHHHHHHHHHHHHH!!! oui vas y ma chérie!!! OOOOOUIIIIIIIIIII!!!!!
Je lui pris la bouche pour étouffer ses éclats de voix. S’étant introduit, ma cousine allait et venait, nous donnant à nouveau la même cadence. Ma mère, écartelée, transpirait à grosse gouttes, râlait dans ma bouche et s’accrochait à mes épaules. Je fis signe à ma cousine de s’arrêter et regardait ma mère:
Ca va maman?
Oh oui mon chéri! c’est trop bon!!! je sens que je vais mourir tellement c’est génial!!! vous êtes vraiment 2 amours et j’ai bien fait de patienter toute la journée!!!
Je repris sa bouche et sa langue et ma cousine la pilonnait lentement, cherchant à chaque coup de gode à aller encore plus profondément. Je sentis ma mère crier sous l’orgasme, me serrant contre elle pour m’embrasser d’une manière encore plus passionnée! Josie ne bougeait plus, et ma mère se calma petit à petit, libéra ma bouche et reprenant son souffle. Elle put parler:
Wooaaahhhh!!! je ne sais pas quoi dire tellement c’était bon!!!
Tu as aimé tata?
Bien sur ma chérie! tu en doutes?
Alors je suis heureuse ma tante adorée!
Ma mère se redressa, se tourna vers ma cousine se dégageant de moi, et lui prit le menton d’une main pour poser sa bouche sur la sienne. Elle s’embrassèrent longuement, je voyais leur langue se chercher, s’enrouler et se titiller.
Quel beau spectacle!!!
Ma cousine me répondis:
Ah oui tu n’en perds pas une miette on dirait!
C’est sur et je vais pas me gêner!
Je me relevais et leur laissais le lit. Enlacées, elles se bécotaient à pleine bouche, puis ma cousine s’étendis sur le dos, ma mère sur elle, bouche contre bouche et leurs mains se caressant mutuellement. Elles restèrent ainsi à s’aimer tendrement, puis ma mère se redressa, prit le gode dans la main pour le branler, gicla de la salive dessus et s’empala sur le membre «infatigable dans un gémissement.
Ma cousine lui écarta les fesses et je m’approchais par derrière. Ma mère dit alors:
Je vais avoir mal à force les enfants! c’est pas que je n’aime pas au contraire, mais vu que je n’avais jamais été prise pas là avant je me demande si je vais arriver à m’asseoir après tout ça!!!
Je glissais ma bite entre ses fesses pour qu’elle me sente contre elle et j’empoignais ses seins:
Ne t’en fais pas maman, je te soignerais si y a le moindre problème, et tu peux compter sur ma cousine aussi je crois, pas vrai ma chérie?
Bien sur! je peux jouer les infirmières si vous voulez, en blouse blanche et rien en dessous ça vous dit?
Je la regardais avec de grands yeux:
Arrêtes tu me donnes des idées! et tu n’es pas chiche je suis sur!!!
En parlant, j’avais posé mon gland sur la rondelle et je m’introduisais doucement. Ma mère avait stoppé tout mouvement pour me recevoir et ma bite glissa jusqu’au fond de son anus. Puis je l’entourais de mes bras, lui pris les seins dans les mains et je commençais à la limer. Perforée de toutes parts, elle râlait et gémissait sous mes coups de queue, la bite «infatigable de ma cousine répondant à chacun de mes mouvements. Ma mère eut un premier orgasme que Josie eut la présence d’esprit d’étouffer d’un long baiser. Je stoppais tout mouvements, attendant le moment de repartir. Leur baiser dura un petit moment, puis ma mère, libérée de l’étreinte buccale de sa nièce, demanda:
Enlevez vous! je n’en peux plus!!!
Je repris mes va et vient dans son cul et je lui chuchotais:
Tu te souviens de ce matin je t’ai promis que tu allais jouir?
Oui mon chéri mais là c’est trop! et jamais je n’ai eut autant de plaisir! jamais!!! AAAAAHHHHHHHHHHmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmpppppffffffff!!!
Ma cousine l’avait interrompu en lui prenant à nouveau la bouche, superposant ses lèvres aux siennes. Le corps de ma mère tremblait et ruisselait et on entendait ses râles étouffés au fond de sa gorge. Après un moment, ses râles plus longs et plus espacés nous indiquèrent qu’elle jouissait à nouveau. Elle était écrasé par l’orgasme tandis que sa nièce lui tenait la tête et l’obligeait à un baiser continu. Josie libéra sa bouche et ma mère reprenait son souffle:
Arrêtez s’il vous plait!!! en plus avec cette chaleur je vais me trouver mal!
Quand penses tu cousine? on arrête ou on continue?
Fait comme tu veux mon chéri, tant que tu tiens je tiens!
Ma mère s’étonna et me demanda:
Mais comment fais tu pour tenir aussi longtemps? tu as un secret?
Non, c’est juste que j’ai déjà jouis 4 fois aujourd’hui!
Oui je comprends mieux!
Tout en parlant, j’avais fais un clin d’œil à ma cousine et j’avais repris mes mouvements mais en douceur. Mes petits coups de glands faisaient que le gode bougeait aussi dans sa chatte. Ma mère gémissait les yeux fermés:
Ahhh c’est bon!!! mais pitié mes amours, arrêtez!!!
Sourd à ses protestations, j’amplifiais mes coups de bassin, lui défonçant littéralement le cul. Elle avait fermé les yeux et se mordait les lèvres, sans doute pour ne pas crier. Arc-boutée en avant, mon dard la perforait. Je sortais alors à moitié et la plantais jusqu’au fond. Elle eut un
Aaaaaahhhhhhh court et sonore.
Josie lui reprit la bouche et je donnais des coups de bite mais longs et espacés, et à chaque fois que je tapais le fond de son cul, j’entendais ma mère gémir, fort heureusement bâillonnée par ma cousine. Je m’appliquais, bien décidé à la faire jouir encore une fois. Mes coups étaient lents et réguliers, et j’avais à l’esprit qu’elle était aussi prise par devant… elle qui voulait être prise par 2 queues en même temps elle était servi!
Mes mains la tenait par les seins, son corps ruisselait de sueur, et elle gémissait fortement, mon gland tapant son anus sans relâche. Elle eut un nouvel orgasme, visiblement encore plus fort que tous les autres, son corps tremblant et dévasté par le plaisir. Toujours planté en elle, je ralentis mes mouvements jusqu’à m’arrêter, puis je me dégageais de son cul et elle s’écroula à coté de ma cousine. Ma mère était étendue, elle avait les yeux fermés et elle respirait fort, le corps couvert de sueur. Ma cousine la regardait appuyée sur ses coudes:
Ben dis donc! on a pas été tendre avec elle je crois!
Non c’est vrai, mais elle voulait bien aussi!
C’est vrai!
Josie défit son gode et nous attendons que ma mère reprenne ses esprits, ce qui prit un moment. Elle ouvrit les yeux et nous regarda:
Eh bien mes coquins!!! vous m’avez épuisé!!! j’espère que vous vous êtes régalé mes trésors?
Autant que toi ma tante on dirait!
J’ai pris un pied pas possible!
Se tournant vers moi elle dit
Tu es un sacré garnement, malgré mon désaccord tu continuais!!!
Il est vrai maman, mais peut être aurais tu regretté si je m’étais interrompu plus tôt! je me trompe?
C’est vrai mon chéri! wwwoooaahhhhh!!! je suis exténuée! mais tu sais que ton cousin n’a pas jouis ma chérie?
C’est vrai ma tante! tu ne m’en veux pas si je m’occupe de lui?
Non bien sur au contraire, mais je vais te confier un secret: il adore mes seins… et les tiens aussi! tu as certainement du t’en apercevoir par toi même!
Oh oui ma tante! et j’adore ça!
Ma cousine s’allongea sur le dos et me fit venir sur elle pour me prendre la bite dans sa bouche. Elle suçait ma queue lentement, faisant coulisser sa langue sur toute la longueur. Je me reculais et je mis ma verge entre ses seins qu’elle tenait serrés avec ses mains. Emprisonné, j’allais et venais entre ses globes. Ma mère nous contemplais:
Tu as une belle poitrine ma chérie! je comprends ton cousin tu sais!
Merci ma chérie mais tu as des seins magnifiques toi aussi! Il t’a déjà baisé comme ça je présume?
Oh oui et pas qu’une fois!
Ah!
Et tu me diras ce que tu en penses ma nièce adorée, mais j’adore quand il jouis sur moi et qu’il m’arrose! par contre attention c’est un vrai jet d’eau!!!
Elle se tourne vers moi:
Donne moi toute ta semence! arrose moi de ton sperme!!!
Ma bite entre ses nichons, j’allais et venais entre les globes serrés. Donnant des coups de queue sur son opulente poitrine, je me libérait dans un râle. Déversant mon sperme comme une lance d’incendie, elle en reçut partout: sur le cou, la nuque, le front, les cheveux, la bouche, les joues et les seins. Elle continua de me branler lentement jusqu’à m’extirper la dernière goutte de mon jus. Ma mère riait:
Tu as vu ma belle? tu es recouverte!!!
Oui j’en ai partout! je vais aller prendre une douche et au dodo parce que dites donc!!! quelle journée!!!
Ma mère approuva:
Oui et quelle nuit!!!
Je repris:
J’ai éjaculé 5 fois aujourd’hui, c’est la première fois que ça m’arrive! je suis mort de fatigue!
Il est 1h du matin mes chéris! si on dormait? demanda ma mère.
Nous allons dans la salle de bains et passons rapidement sous la douche. Ma cousine passa la première car mon jus dégoulinait sur elle, puis ma mère (les dames d’abord!) et ce fut mon tour. En revenant dans la chambre, elles étaient allongées et m’avaient réservé une place entre elles. Je me blottis entre leur corps doux et qui sentait bon et nous nous endormons jusqu’au matin.

FIN

Bunlar da hoşunuza gidebilir...

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir