Uncategorized

Le retour de Benjamin (3)

Asian

Le retour de Benjamin (3)
A l’écran, Chloé entraine sa mère vers la table basse.
Elle s’y assoit, pose bien ses fesses au bord et écarte les jambes en grand.

-Installe toi maman, à table !

Benjamin et Béa la regarde sans comprendre.

Huguette n’a pas ces hésitations, elle se pose sur les genoux et approche de l’adorable fente de sa fille.
Sa bouche est toujours pleine du sperme de Benjamin.
Pour ne pas le perdre, elle se contente de sortir sa langue au maximum et de bouger sa tête.
Chloé à un sexe magnifique, orné d’un léger duvet blond et brillant de la mouille accumulé depuis le début de l’après-midi.

Béa est sans voix, la bite de Benjamin tressaute en voyant la mère bouffer la chatte de la fille.
Il se racle la gorge, et demande d’une voix mal assuré :

-Bon Chloé, maintenant il faut que tu explique parce que ça devient vraiment glauque là !

Chloé, une main derrière la tête de sa mère rouvre les yeux et essaie de parler…mais ça veux pas.
Elle lève un doigt en direction du canapé, se crispe et jouis.
Elle exale un long “yeeeeeeeeeeesssss” et arrive enfin à répondre à Ben non sans encourager sa mère :

-Surtout maman tu n’arrête pas !
-Oui Ben, alors le produit que Béa à fait prendre à maman c’est un genre de sérum de vérité en fait ?

-Moui, si on veut ,mais c’est surtout artisanal donc inclassable, concède Ben.

– Ce qui fait quand même que personne ne peux la forçer à faire ce qu’elle ne veut pas faire ? s’obstine Chloé

-Oui c’est ça, admet Benjamin.

-Ok, bon bin alors je suis pas un monstre !
-Je permet juste à ma mère de faire ce dont elle rêve depuis des années !

Ben et Béa se regarde sans comprendre.
Et Chloé reprend :

-Pour savoir ce qu’elle veut, suffit de demander….et comme elle peut pas mentir….hihihi

-Attend Chloé, tu veux dire que maman rêvait de manger le poireau de Ben, ce n’est pas toi qui l’a forçé ?

-Non, j’ai rien forçé soeurette, elle voulait du poireau et …de la figue en dessert !

Les trois partent dans un fou rîre.

Huguette, imperturbable continue le cunnilingus sur sa fille, le bas de son visage est poisseux de la mouille qu’elle ne peut avaler.
Chloé commence à gémir, elle assure sa prise des deux mains sur la tête de sa mère et guide sa langue.
Elle ferme les yeux et commence à trembler.

-Vas-y maman, mets un doigt, un autre, plus profond….plus vite !
-Aarrgghhh !
-Laisse moi, arrête s’il te plait, articule Chloé avec peine.

Ses jambes tremble, elle essaie de reprendre son souffle, elle a du mal à rester sur la table.
Elle glisse soudain, se retrouve assise, jambes écartés devant sa mère.
Celle-ci est couverte de la mouille de sa fille, du menton jusqu’au cuisses.
Tout son corps est poisseux mais cela n’arrête pas Chloé.
Elle l’enlace, lui embrasse le cou, les lèvres, lui murmure des mots d’amour.
Sans qu’on sache s’il s’agit encore d’un amour filial ?

Chloé soupire et se détache de sa mère.
Elle l’incite à avancer jusqu’à la table basse, à s’accouder et d’une main posé sur ses reins, la fait se cambrer davantage.
Elle avise les deux amoureux qui ont repris leurs jeux de langue sur le canapé, et lance :

-Garde tes forces Ben, garde tes forces j’ai encore besoin de toi !
-Elle a un autre fantasme !

Benjamin s’arrache à la bouche de Béa avec difficultée et regarde Chloé qui se positionne derrière sa mère.
Elle écarte les deux fesses et commence à lécher.
Curieusement, Béa qui réalise ce que sa soeur est en train de faire, ne proteste pas.
Elle pousse même Benjamin en direction de sa mère.
Celui-ci arrive près de Chloé et contemple le fessier somptueux qui lui est proposé

-Elle a quand même un beau cul votre mère !

Béa glousse, Chloé ne dis rien pour cause de bouche pleine.
Elle force l’anneau avec sa langue, arrive à passer un doigt sans difficulté.
Le deuxième force un peu, elle ralentis la progression.
La reprend, crache encore un peu de salive et se redresse enfin.

-Voilà, bon pour le service, déclare t’elle toute contente.
-Tu rentre un peu dans la chatte pour te lubrifier, et ensuite dans le cul.
-Vas doucement au début, ça fait longtemps qu’elle a pas prit une cartouche de ce coté !

Benjamin souris du language imagé de sa belle soeur, et sans un mot se met en position.
Il frotte son gland sur la chatte détrempé de sa belle mère, et sans hésiter la pénètre de toute sa longueur.
Huguette gémis, plus de surprise que de douleur.
Benjamin fais quelques aller retour, il sent la croupe l’accompagner à chaque fois qu’il se retire.
Puis il pointe enfin son gland sur le petit oeillet.
Sa queue luisante force l’anneau tout doucement.
Il ne faut pas longtemps avant le gland tout entier trouve sa place.
Huguette souffle un peu, frémis mais rien de plus.
Benjamin reprend sa progression, millimètre par millimètre.
Il renonce à forcer, recule jusqu’au gland, et reprend sa progression.
Au bout d’une dizaine de minutes, il est tout entier dans le cul de sa belle mère, sans que celle-ci n’ai souffert.

-Je vois qu’elle est plus vierge du cul mais qu’est-ce qu’elle est serré, lache Benjamin entre ses dents.

Chloé s’installe sur le dos, à coté de sa mère, passe la tête sous son ventre et frotte sa chatte.
Elle envoie son autre main entre les jambes, et agrippe les noyaux de Benjamin.
Celui-ci se bloque et ne reprend son va et vient que sous la direction de cette main.
Chloé rythme l’enculage de sa mère.
Huguette prend une cadence plus rapide, en allant ,elle même, à la rencontre de la queue de son gendre.
Elle se cambre davantage pour mieux ressentir la pénétration.
Chloé delaisse le vagin pour maltraiter le clito maternelle.
Huguette décolle !
Elle gémit, grogne et puis fini par hurler sa jouissance.
C’est sauvage, primitif, ses deux filles sont stupéfaites.
Sous la jouissance, Huguette n’a pu garder le sperme de Ben dans la bouche, des filets de bave la relie à la table.
Benjamin reprend la main.
Lui qui, tout au long de la jouissance de sa belle mère avait toute les peines du monde à rester en elle, profite du calme après la tempête. Quatres allers retour avant qu’il ne se projette en avant, et expulse sa liqueur dans un cri déchirant.
Benjamin se relève, ses jambes flageole, et se dirige vers Béa pour s’affaler à ses cotés.
Huguette le regarde avec tendresse maintenant.
Chloé aide sa mère à se relever, et l’installe dans un fauteuil.

-Chloé, mets lui les attaches en plastique s’il te plait ,demande Béa.

Chloé regarde sa soeur étonné :

-Mais pourquoi faire, il ne va rien se passer, c’est notre mère après tout !

– OUi, elle l’a tellement bien prouvé pendant ces quatres dernières années quelle était notre maman chéri !
-Je ne lui ferai plus jamais confiance !

Benjamin caresse les cheveux de Béa qui enfouis sa tête dans son épaule et se met à sangloter.

Bunlar da hoşunuza gidebilir...

Bir cevap yazın

E-posta hesabınız yayımlanmayacak. Gerekli alanlar * ile işaretlenmişlerdir